Tell's Riders
La passion de l'aventure
Clich├ęs
Journal de bord

TELL’S RIDERS PRODUCTIONS

PRESENTENT


Un ride intense de part les km parcourus, mais aussi de part les villes traversées. La route 61 ou blues highway, de Chicago à la Nouvelle Orleans, nous a permis de découvrir l'histoire musicale d'une région, des traces du blues à l'explosion du rock et aux légendes de la soul music. Le fait de la faire à deux bikers a également permis une belle complicité tout au long du voyage qui s'est déroulé sans aucun soucis, grâce au légendaire road captain des tells, Phil, qui a su tenir le cap sans jamais lâcher... et sans GPS :) ou presque....




Montage vidéo musical de notre ride :

    
 





Vendredi 15 septembre (voyage, Jetlag et soirée à Chicago)



Le trip commence toujours par un départ de Genève avec deux vols différents cette fois-ci.. Phil ayant toujours l'avantage "famille" chez Swiss, part donc de Genève pour Zuerich et Zuerich - Chicago à peu près aux mêmes horaires que Dom, qui lui fait le traditionnel Genève - Londres et Londres - Chicago avec British Airways. Toutefois, dans la précipitation des réservations des billets Dom n'avait pas fait attention à un détail.. le vol de Genève arrivait à London City airport et celui de Chicago partait d'Heathrow .. glupsss.. (plus d'une heure de route entre les deux quand tout va bien). Bon pas de panique, enfin oui panique... mais en arrivant à London city, vite dans le métro avec 3 changements et l'aide efficace d'un gars du coin qui semblait comprendre mon stress.. cool le mec ! Finalement, les presque 3 heures de battement ont été largement utilisées pour le move d'un aéroport à l'autre et Dom a pu finalement prendre son vol normalement. Quand même soulagé une fois dans l'avion ! Les deux vols se passent bien, pas de retard et Dom arrive une heure avant à Chicago. Il prend la navette du "Renaissance O'Hare Suite Hotel" à env. 15min. ce qui était parfait après ce long périple. Phil le rejoint au bar de l'hôtel ou un verre de Chardonnay  l'attendait. 

Prenons les chambres et départ pour le centre ville avec l'application UBER qui nous a bien servi durant tout notre séjour.

Le Taxi nous pose dans le centre ville près des restaurants ou nous prenons vite une table sur la terrasse du Nico Osteria pour un repas bien mérité. Phil convie à notre table une amie et collègue de son épouse, Caroline, en transit avec SWISS et qui était sur son vol depuis Zuerich.  Elle passera une partie de la soirée avec nous, très sympa.
Ensuite, balade à pied jusqu'au bord du lac sur une magnifique plage de sable fin. Phil décide de monter sur le gratte-ciel se trouvant deux blocs plus loin... Sur le fond Dom n'était pas très chaud car un peu fatigué et pensait déjà à la route de samedi. Bref, après une courte discussion nous décidons de monter les 96 étages et de boire un verre au sommet  (John Hancock Center Building, Chicago). Le spectacle fut magnifique, vue sur tout Chicago la nuit... rien à redire, le déplacement valait la peine d'autant que c'était facile d'accès, malgré le fait que ce bar était très prisé.
On rentre (UBER) vers minuit et quelque avec un chauffeur atypique, un black un peu perdu, qui conduit sa voiture sans jamais rester tranquille devant son volant, qui ne cesse de regarder son GPS à 2cm de distance et surtout, et c'est la le drame, qui persite à laisser ses lunettes de lecture au volant et qui loupe plusieurs sorties avant que nous prenions un peu les choses en main et lui indiquions le meilleur itinéraire à suivre pour retrouver notre hôtel (de la science fiction). Repos du guerrier bien mérité et la tête déjà sur les traces du blues et de la 61.




The Road Book Summary



                   







Jour 1 : Samedi 16 septembre, Chicago IL - St Louis MO (500 km)

 

Le trip démarre par un réveil à 7h00, Phil se lève le premier et s'active déjà alors que Dom traine sous la couette en ayant un peu mauvaise conscience de ne rien entreprendre si ce n'est 10min. de physio sur les conseils de son médecin pour les douleurs dorsales d'un vieux biker. Bref, douche, préparation des sacoches et ptit déjeuner rapide au Starbuck de l'hôtel. Nous partons ensuite pour la concession qui se trouve à 10min en prenant un taxi afin d'être un peu plus tôt que prévu chez Eagle Rider. Pourtant sur place à 9h00, il y avait déjà des groupes de bikers touristes qui faisaient la queue. Finalement nous touchons nos montures vers les 10h30 et après l'ajout d'un accessoires "reposes pieds" sur la bécane de Dom que le gars lui vend USD 40.-- nous partons sur la route direction le sud, ou nous retrouvons assez rapidement la route 66 par Joliet et la 55 et 53 jusqu'à Pontiac, ville mythique de la marque automobile. Nous hésitons à visiter le musée local mais finalement nous tournons un peu dans la vieille ville au milieu d'une exposition plein air de véhicules vintage et anciens camions de l'armée US. Nous rentrons dans un bar US typique pour descendre notre premier BURGER US bien gras accompagné d'une bonne bière bien fraîche. La chaleur était déjà au RDV, d'ailleurs, elle ne nous quittera plus durant tout le trip, une moyenne de 30 degrés. Nous roulons direction St-Louis et arrivons enfin sur le site avec l'aide du GPS de Dom pour retrouver le Hyatt Regency St-Louis at the Arch Hotel rapidement au bord du Mississipi et en face de la fameuse arche, symbole de la ville. 



Après un court rétablissement, et une analyse du plan de la ville, nous nous rendons à pied dans le soi-disant Down Town de St-Louis à la recherche d'endroits branchés. A notre grande surprise, nous trouvons plusieurs établissements majeurs fermés et un centre-ville anormalement calme. Nous nous dirigeons vers une sorte de grande surface, juste à côté du stade de l'équipe locale de football américain. C'était le seul endroit ou il y avait de la vie et du bruit, mais bon, à part les écrans géants qui projetaient des matchs et les quelques bars un peu surfaits, l'endroit ne nous apparaissaient pas comme le centre névralgique de la cité. Nous repartons pour nous rendre plus au nord de la ville avec l'espoir de tomber sur LA rue branchée. Sur le chemin, nous prenons quelques informations auprès de citoyens locaux qui nous dirigent vers Washington Avenue à quelques blocs de là. Finalement, rien de plus si ce n'est une ville d'une architecture très sympa que nous avons finalement visité un peu par défaut sachant que même sur l'avenue branchée nous ne trouvons pas beaucoup plus d'activités. Finalement, un peu par chance, nous tombons sur un resto qui nous paraissait intéressant (copia Restaurant and wine garden), et conseillé par un client déjà à table qui semblait se régaler, nous tentons le coup et passons finalement un bon moment dans l'établissement en question. Le service, les plats et les vins étaient à la hauteur de nos attentes.

Après une courte digestion le longs des trottoirs pour revenir en direction de l'hôtel, nous décidâmes de faire un saut dans le parc pour voir l'arche de près. En contournant quelques travaux et en trouvant le passage par-dessus la higway nous tombons sur le site dans la douceur de la nuit et avec la même constatation qu'au centre-ville, à savoir que nous étions à nouveau à peu près seuls dans le coin. Quelques minutes après avoir touché le but, une patrouille de flics nous aborde pour nous signifier que le parc était fermé et qu'il fallait rapidement quitter les lieux. En partant, une autre patrouille à l'opposé nous fait une remarque similaire.

                                                                                                     

Nous rentrons pour une courte nuit dans cet hôtel ma foi très confortable !

Nous apprendrons demain la raison de cette ville morte et le pourquoi de ce "couvre-feu" inhabituel ... A suivre !

 



Jour 2 : Dimanche 17 septembre, St Louis MO - Memphis TE (521 km)

Dimanche matin, les jours passent et les habitudes restent, nous prenons à nouveau un ptit déj dans le Starbuck de l'hôtel avant d'enfourcher nos montures pour reprendre la route direction Memphis. D'abord sur la 55 pour sortir de la ville, nous retrouvons rapidement la 61. Nous traversons de grandes plaines sur cette route sympa et traversons des villes ou villages typiques peuplés en majorité par la communauté noir (arrières petits-enfants des anciens esclaves). Nous ressentons clairement que ces régions sont assez pauvres et que l'économie n'est basée que sur les cultures et le coton et très peu sur le tourisme. En effet, la 61 n'est pas encore la route 66 et les vestiges, bien qu'existants, ne sont  pas souvent mis en valeur tout au long de notre périple.

        

Sur une belle ligne droite, nous apercevons une belle concession HD et décidons de faire demi-tour afin d'y faire un tour. Très bien reçu par le personnel, Dom en profite pour faire ajuster ses supports de pieds qui n'étaient pas vraiment bien positionnés vu sa taille. Après quelques minutes de mécanique, nous visitons l'agence et discutons un peu avec la responsable des ventes. Elle nous apprend par ailleurs les raisons du "couvre-feu" que nous avions constaté à St-Louis, à savoir que suite à la mort d'un noir en 2011, tué par un flic de la ville, la justice avait acquitté le jour avant le policier et que la ville avait donné des instructions à ses habitants de rester chez eux car elle avait peur de représailles et d'une montée de la violence en ville. Nous comprenons donc le pourquoi de cette ville morte Samedi soir.
Nous reprenons la route pour faire une halte "lunch" à St- Geneviève après avoir fait un petit détour pour découvrir le Mississippi qui longeait la ville à 3 miles de là. Lunch typiquement US dans un vrai bar au style d'époque très sympa au nom de The Anvil Restaurant & Saloon.

Arrivée à Memphis en fin de journée, longue traversée de la ville pour rejoindre notre hôtel (Double Tree by Hilton" avec l'aide du GPS pour les derniers KM afin de ne pas perdre trop de temps à naviguer dans cette ville assez étendue.
Après une rapide mise à niveau, nous quittons la chambre et commandons un taxi (UBER) pour nous rendre au centre, dans la rue principale ou tout se passe le soir à Memphis et nous ne serons pas déçus. En effet, le taxi nous pose au bout de la rue et en sortant, nous sommes immédiatement transportés dans l'ambiance Rock / blues, de la musique à tous les coins de rues et des bars bien remplis à l'heure de l'apéro. Nous voyons de suite le BB king's bar, mais pensons que le premier bar n'est pas forcément le meilleur et décidons de descendre l'avenue afin d'y découvrir les divers ambiances. Prenons l'apéro sur un "roof bar" et finalement retournons au BB king's bar pour le repas du soir, à l'étage, ou un groupe s'y produisait. Ambiance de folie, un super groupe, les "Preston Shannon" qui nous ont offert une prestation d'anthologie avec des reprises à tout va d'une qualité de haut niveau. Bref, soirée cool, retour à l'hôtel la tête et le ventre bien remplis pour une nuit de repos en pensant déjà au lendemain matin et à la visite de Graceland prévue en début de matinée.


Jour 3 : Lundi 18 septembre, Memphis TN - Vicksburg MI (576 km)

Lundi matin, départ pour Graceland et visite du site. Sur le trajet, Dom met en route son GPS et au grand dam de Phil, se plante sur la route et on se retrouve sur une autoroute complétement saturée... On chercher une sortie pour la refaire à l'ancienne avec la carte et une approche plus structurée. Finalement, après une courte analyse et deux ou trois longues avenues, on arrive sur site. Déception, le site est une sorte de Disneyworld à la mémoire du KING, un grand parc payant ou l'on peut passer la journée pour faire le tour (y.c. la villa d'Elvis). Nous décidons de faire au plus court car aucun intérêt à jouer les touristes à deux balles. Nous allons devant l'entrée de la fameuse bâtisse, deux ou trois clichés dont l'avion et le jet privé du king étonnamment faciles d'accès le long de l'avenue.

Retour sur la 61 pour une balade à travers les villes et la campagne, pas beaucoup de restos sérieux sur le parcours, on fait avec et passons par Greenville pour finalement rejoindre Vicksburg le soir. A noter que nous avons traversé un orage comme à peu près chaque jour, sans prendre le soins de mettre une pèlerine. Nous appellerons cette façon d'aborder le déluge, "The Phil's rain attitude" ou PRA. L'idée de base étant de se dire qu'après le déluge, le soleil et donc un séchage naturel à plus de 70miles à l'heure sous une température ambiante avoisinant les 31degrés.
Départ en début de soirée de notre Hôtel "Best Western" pour le centre-ville historique très sympa (style colonial classique des villes du coin). Prenons l'apéro dans un bar vide mais cool et décidons d'aller à quelques encablures de l'hôtel manger un morceau au GTumbo Pot (Cuisine Cajun) avant de prendre un dernier verre dans un bar chicos hyper kitch ou seul Dom arrive à descendre un dernier Whisky.





Jour 4 : Mardi 19 septembre, Vicksburg MI - New Orleans LA (425 km)

La journée s'annonce une fois de plus splendide avec toujours quelques risques d'orages isolés, mais plus rien ne nous effraie après les dernières expériences de la veille (phil's rain attitude). Route 61 très agréable, et différente des autres jours car hyper vallonnée mais toujours à travers les immenses champs de coton et quelques passages à travers de jolies forêts. Traversons Natchez et faisons une halte à Fayette pour découvrir les vestiges de la 61 dans ce petit village typique et 99% occupés par la communauté Afro-américaine. Un gars qui comprend que nous sommes deux touristes à la recherche de reliques du passé nous accoste et nous questionne. Il dit être entrepreneur dans la région (en effet il avait un gros pick-up et une tondeuse à gazon à l'arrière), et nous demande ce que nous aimerions trouver dans sa ville pour dépenser un peu d'argent car à part un panneau illustrant l'histoire de la région et les vieilles légendes du blues et de la soul music des années 30 à 50, pas grand-chose à faire ni à visiter. Phil lui répond qu'un BAR branché, de la bonne musique et quelques filles pourraient faire l'affaire ! Le type  se marre, vraisemblablement conquis par la proposition, nous salue et repart comme il était venu.


Rejoignons Bâton Rouge pour un lunch dans un bar chicos très rock'n roll, le "Lava Cantina".

Le dernier bout jusqu'à la Nouvelle Orléans n'était pas forcément très intéressant et pas de bol, en arrivant dans la périphérie, à 35minutes du but, un orage de dessine devant nous sans avoir aucune chance de le contourner. Nous décidons de nous arrêter dans un resto local pour descendre un café et attendre que le plus gros passe. La fin de la route se fait sans GPS car Phil avait déjà repéré les avenues importantes qui devaient nous conduire directement au Bourbon Orleans Hotel. Effectivement, son sens de l'orientation et la bonne lecture des cartes ont laissé Dom scotché par la précision de la navigation à vue de son pote, et nous sommes tombés sur l'objectif avec une grande précision et sans détours inutiles.

Le soir, repas en face de l'hôtel dans un resto qui offrait une belle terrasse arborisée et une carte de qualité, le Grapevine Wine Bar & Bistro.
Après les cafés, départ dans la fameuse "Bourbon street" à 100m de notre hôtel. Soirée musicale ou nous passons d'un bar à l'autre afin de profiter au maximum de la soirée dans cette rue très active avec une folle ambiance de fête ou tout est possible.

                            

On nous avait également recommandé une rue plus smart avec de la musique live plus confidentielle dans la "Frenchmen Street" ou se produisent en général les meilleurs musiciens de Jazz. Nous partons d'abord à pied (1 heure de marche) sans jamais atteindre la fameuse rue. Phil décide d'abandonner et nous retournons sur nos pas pour rejoindre "Bourbon Street" ou nous passons encore un moment avant de décider de rentrer. Dom un peu sur sa faim propose quand même de se rendre à Frenchmen street avec UBER et bien nous en a pris car nous trouvons finalement la fameuse avenue et tombons directement sur un mini bar ou un groupe incroyable se produit en live, au milieu des clients de l'établissement. Très belle fin de soirée avec un dernier verre de blanc et de la musique plein la tête.


 
Jour 5 : Mercredi 20 septembre, New Orleans LA - Tupelo MI (544 km)

Grosse journée niveau KM en ce jeudi ensoleillé en direction de Tupelo, ville natale d'Elvis Presley. Sortie de New Orleans assez compliquée, car longue avenue avec croisements et feux à répétition avant de retrouver une route normale. Traversons un bras de mer sur une route posée dans l'eau et sur plusieurs miles, assez impressionnant, mais très utile pour rejoindre l'autre rive. Nous arrivons assez tôt à Tupelo ou nous rejoignons directement le site ou le King a vu le jour. A notre grande surprise, nous tombons assez rapidement dans un joli quartier de villas populaires, sans chichi et assez surpris également de ne pas retrouver le "Disneyland" de Memphis. En effet, une grande place de parc avec la maison natale originale, posée au bord de la route et tout à fait accessible sans aucune contrainte. Le site est assez vaste, beaucoup de terrain dédié à la mémoire du chanteur, deux chapelles et un musée / ciné / boutique à côté de la modeste maison (2 pièces). Nous prenons les billets pour entrer dans la demeure ou une vieille dame nous accueil pour nous débiter l'habituel speech sur l'histoire du lieu mythique. Faisons ensuite un peu le tour du jardin pour lire les deux ou trois infos relatives à la période ou le King n'était encore qu'un gamin inconnu et repartons pour notre hôtel qui se trouvait à 10min de là.

                                                                                         

Apéro au bar de l'hôtel "Holiday Inn & Suites Tupelo North"avant de prendre notre chambre.

Sortie en moto pour découvrir le sympathique « historic Down Town », très beau par ailleurs, et ensuite pour rejoindre un resto japonais ou nous descendons quelques sushis dans le Mt.Fuji pour changer un peu des Burgers et autres spécialités locales. Terminons par un dernier verre accompagné d'un cheese cake dans le Fairpark Grill du vieux bourg avant de rentrer nous coucher.


 
Jour 6 : Jeudi 21 septembre, Tupelo MI - Nashville TE (368 km)

 

Départ tôt pour changer, mais en toute décontraction car cette étape s'annonçait plus courte que la moyenne et sur une route qui nous semblait avoir de l'intérêt. Toutefois, avant de quitter Tupelo, nous avions vu la veille un immense musée automobile en plein centre du vieux down town et décidons donc d'y faire un saut. Excellente idée, car musée incroyable et riche en véhicules rares et mythiques depuis les premiers véhicules motorisés jusqu'aux modèles des années 80 environ. Avons passé un bon moment dans cet endroit magique.



Reprenons donc la route qui s'enfonce rapidement dans une très jolie forêt sur les traces d'une ancienne route "indienne et postale" qui partait de Natchez jusqu'à Nashville. Faisons plusieurs stop sur le parcours en fonctions des paysages et des points d'intérêts. Prenons même le temps pour une vidéo "cinéma" qui sera reprise dans le montage que vous trouverez sur le site. A noter que nous en profitons pour traverser une petite partie de l'Alabama et la "Tennessee river". Le fleuve est très impressionnant et nous rejoignons la jolie bourgade de "Florence" pour un rapide lunch au Flobama Restaurant.


De retour sur la route nous retrouvons la forêt et même des animaux sauvages puisque Phil a manqué de percuter une biche traversant la chaussée juste à 30m devant sa moto. Nous essuyons encore un orage violent mais pas trop long et bien entendu, selon la méthode déjà bien huilée, à la Phil Rain Attitude (PRA).
Arrivée en fin de journée à Nashville, ville impressionnante et plus grande que nous le pensions nous prenons nos chambre dans le Clarion Hotel Downtown Nashville.


                                          


Départ en UBER au centre-ville, apéro sur un roof bar et repas dans un bon "gastro" du coin, le Etch Restaurant, ou Phil commande une excellente bouteille de rouge.
Fin de soirée dans les différents bar "live music". Nous avons eu du mal à trouver autre chose que de la Country Music, mais l'ambiance était au rendez-vous et nous avons flâné un peu avant de rentrer au bercailles.



Jour 7 : Vendredi 22 septembre, Nashville TE - Chicago IL (816 km)

Derniers tours de roues pour la denrière étape de plus de 800km sur l'Interstate entre Nashville et Chicago. Pas grand chose à dire, décidons de rouler jusqu'à la limite des réserves d'essence de nos bécanes et faisons les 600 premiers km rapidement. La fatigue se faisant sentir, nous prenons un peu plus de temps et des "pit stop" plus fréquents pour la dernière ligne droite. Arrivons vers les 17h00 à la périphérie de Chicago à l'heure de pointe en passant à côté de la sortie pour rejoindre la 625 depuis la 57 (probablement une erreur due à la fatigue) qui nous aurait permis d'éviter le centre ville. Dom remet son GPS qui annonce encore 37km avant l'hôtel :( Perdons plus d'une heure dans le trafic avant d'arriver à bon port vers les 18h30 environ.

Soirée gastronomie tranquille au centre ou Dom craque pour un pain croustillant aux olives en entrée qui laissera des traces plusieurs jours. A prioi un truc qui n'a pas passé et l'estomac un peu retourné, et retour un peu précipité à l'hôtel ! Toutefois, avant le retour, nous craquons malgré tout pour un dernier Chesecake US au Morton's Steakhouse on Rush alors que la patronne était en train de fermé tranquillement l'établissement.



Samedi 23 septembre , Chicago and back home

 

Retour des motos à la concession vers 10h00 et départ en taxi pour le centre-ville afin de profiter de nos dernières heures dans cette magnifique ville. Faisons un joli tour à pied avec l'espoir de faire une virée sur les canaux qui sillonnent Chicago, mais les réservations étaient trop importantes et les délais d'attentes trop longs. Nous nous résignons donc à continuer notre visite en bons touristes et sur nos baskets au travers de ces avenues très larges et au milieu des immeubles récents et anciens qui gravitent tout autour du centre-ville, sans parler des magnifiques ponts métalliques mobiles d'un autre temps qui enjambent les canaux. Le temps est magnifique et nous terminons par un repas dans le quartier des bons restos que nous connaissons déjà et descendons une "deep dish pizza" dans le Lou Malnati's Pizzeria pour assouvir notre faim avant de rentrer à l'hôtel et de partir à l'aéroport pour le voyage retour...




Fin d'un trip riche et intense...

 

 

 



 




Accueil
USA 2007
USA 2008
USA 2009
USA 2010
USA 2011
USA 2013
USA 2017
USA 2019a
USA 2019b
USA 2020
Sorties
Pour nous contacter